Trouble du déficit de l’attention
avec ou sans hyperactivité (TDAH)

« On décrit le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) à partir de trois types de comportements : l’inattention, l’agitation motrice (hyperactivité) et l’impulsivité. »

En médecine et en psychologie, on utilise les mots trouble et syndrome pour désigner un ensemble de symptômes ou de comportements observés chez les personnes. L’Association psychiatrique américaine publie depuis plusieurs années un manuel diagnostique et statistique qu’elle met à jour régulièrement. La dernière version remonte à 1994 (1996 en français), on l’appelle familièrement le DSM-IV . Une cinquième version serait en voie d’être publiée dans les prochaines années.

Dans ce manuel, on décrit le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) à partir de trois types de comportements : l’inattention, l’agitation motrice (hyperactivité) et l’impulsivité. On a identifié 18 comportements que l’on observe habituellement chez les enfants qui ont un TDAH. Les critères diagnostiques sont les mêmes chez les adultes.

Le professionnel de la santé (médecin ou psychologue) doit poser son diagnostic à l’aide des observations qu’il fait et des observations de l’entourage de la personne. Des questionnaires sur les comportements ont été réalisés et permettent d’avoir des résultats plus fiables. Il n’existe pas encore de marqueur biologique (prise de sang, analyse d’urine, examen radiologique) qui permettrait de dire si la personne souffre réellement d’un TDAH.

Le trouble du déficit de l’attention regroupe trois catégories de diagnostic :

  • Déficit de l’attention/hyperactivité : type inattention prédominante. La personne est surtout inattentive ou « lunatique ».
  • Déficit de l’attention/hyperactivité : type hyperactivité-impulsivité prédominante. La personne est surtout portée à bouger continuellement et à avoir des réactions impulsives.
  • Déficit de l’attention/hyperactivité : type mixte. La personne est alors à la fois inattentive, hyperactive et impulsive.

Le professionnel doit s’assurer que les comportements sont présents depuis plus de six mois, qu’ils sont apparus dans l’enfance (avant l’âge de 7 ans) et qu’ils se produisent dans au moins deux milieux de vie. Enfin, ces comportements ne doivent pas s’expliquer  par un autre problème de santé mentale.

Pour en connaître davantage sur le TDAH, communiquez avec nous au 450-777-7131.

Source : « Le déficit de l’attention et l’hyperactivité chez l’adulte », Denis Gagné, psychologue, 2004, distribué par OASIS santé mentale Granby et région.

Partagez sur les réseaux sociaux

Facebooktwittergoogle_plus