« Saviez-vous qu’au Québec, on estime que 1,2% des hommes et 1,8% des femmes sont atteintes d’un trouble bipolaire? »

Nous vivons tous des moments d’excitation et de déprime. Cependant, chez l’individu atteint d’un trouble bipolaire, ces variations de l’humeur atteignent une telle intensité qu’il ne se rend pas compte que son humeur est exubérante, que sa colère dépasse les bornes ou que sa dépression est telle qu’il est hanté par des idées suicidaires.

Selon plusieurs chercheurs, il existerait des prédispositions génétiques qui favoriseraient le déclenchement d’un trouble bipolaire. L’influence et l’accumulation du stress, de même que les facteurs saisonniers auraient également un impact sur les troubles de l’humeur.

La maladie comporte deux phases.

  1. En phase de manie (les hauts), la personne démontre une confiance exagérée en elle-même et ses projets sont dans la démesure, à un point tel qu’elle ne prendra pas le temps ni de manger ni de dormir.
  2. En phase dépressive (les bas), elle perd goût à la vie, elle est incapable de se concentrer et elle souffre de fatigue chronique. Toute activité devient pénible. La personne reste couchée, mais souffre d’insomnie. Dans les deux cas, la personne vit des moments difficiles.

Il faut se rappeler qu’il y a une phase «normale» où l’individu fonctionne de façon relativement adéquate.

Le trouble bipolaire est habituellement traité par une combinaison de médicaments qui atténuent les symptômes et d’un suivi psychologique. Celui-ci offrira un soutien à la personne en l’aidant à comprendre et à accepter sa maladie.

Règle générale, les personnes qui bénéficient d’un suivi adéquat peuvent reprendre leurs activités courantes. Un pharmacien ou un médecin peut vous donner toute l’information relative aux médicaments.

Non traité, le trouble bipolaire amène souvent des problèmes avec l’entourage, car des comportements hors mesure peuvent entraîner des tensions familiales, des ennuis financiers ou judiciaires. Ces situations sont souvent aussi difficiles à vivre pour la famille que pour la personne atteinte de la maladie, d’où l’importance d’aller chercher de l’aide.

Pour en connaître davantage sur le trouble bipolaire, communiquez avec nous au 450-777-7131.

Source : Guide « Mon frère a une maladie mentale, sa souffrance me fait mal…Aidez-moi! »
Produit par la FFAPAMM, 2008, www.ffapamm.com

Partagez sur les réseaux sociaux

Facebooktwittergoogle_plus